Un variant viral avec une mutation dans la protéine de pointe est devenu dominant au début de la pandémie. Une étude montre que les hamsters infectés par cette variante (appelée D614G) ont des charges virales du coronavirus plus élevées dans le nez et la trachée, ce qui suggère qu’il pourrait être plus transmissible. Cependant, l’étude conclut également que cette mutation ne devrait pas affecter l’efficacité des potentiels vaccins contre le coronavirus actuellement testés.

Est-ce que le port du masque pourrait sauver des vies ?

Selon une recherche sur les avancées scientifique coronavirus menée par un institut de recherche américain, l’utilisation universelle du masque aux Etats-Unis pourrait permettre de sauver 130 000 vies entre septembre 2020 et février 2021.

Symptômes à long terme

Une étude du King’sCollege de Londres estime qu’une personne sur 20 atteinte du coronavirus est malade pendant au moins huit semaines. La vieillesse, être une femme et avoir plus de cinq symptômes différents au cours de la première semaine ont été identifiées comme des facteurs de risque de ce que l’on appelle maintenant «longCovid».

Selon les estimations, 300000 décès supplémentaires sont survenus aux États-Unis de fin janvier à octobre 2020, dont 200000 (66%) ont été attribués au coronavirus. Les plus fortes augmentations de mortalité ont été observées chez les adultes âgés de 25 à 44 ans et chez les Hispaniques ou Latino-américains.

Quand est-t-il de l’immunité face au coronavirus ?

Démêler les réponses des lymphocytes T

Un criblage de fragments de protéines virales (épitopes) reconnus par des cellules T cytotoxiques (CD8 +) chez des patients infectés par le coronavirus révèle que 90% de ces épitopes ne sont pas sur la protéine virale Spike, et qu’ils ne montrent presque aucune réactivité croisée avec les épitopes en saison coronavirus. Ces résultats pourraient expliquer les réponses détectables mais modestes des cellules T CD8 + générées par les vaccins candidats (qui ciblent la protéine Spike).

Les avancées scientifiques sur un traitement contre le coronavirus

La revue JAMA a publié trois études sur l’utilisation du tocilizumab (un anticorps ciblant la fonction d’une cytokine inflammatoire) chez des patients atteints du coronavirus et ayant comme pathologie une pneumonie. Une grande étude aux États-Unis a suggéré que la mortalité était réduite parmi les patients gravement malades traités dans les 2 premiers jours d’admission aux soins intensifs. Cependant, deux essais cliniques randomisés réalisés en Italie et en France n’ont trouvé aucune réduction de la mortalité au jour 28.

Eli Lilly a annoncé que son traitement par anticorps ne semblait pas fonctionner chez les patients hospitalisés, bien qu’il soit convaincu qu’il pourrait empêcher la progression de la maladie chez les patients récemment diagnostiqués.

L’espoir d’un vaccin contre le coronavirus prochainement ?

Des espoirs grandissants pour les populations âgées. En effet, AstraZeneca a annoncé que son candidat vaccin (basé sur un vecteur adénoviral chimpanzé) déclenche des réponses immunitaires similaires chez les adultes plus âgés et plus jeunes, et qu’il déclenche moins d’effets indésirables chez les personnes âgées.

AstraZeneca et Johnson & Johnson redémarreront leurs essais cliniques aux États-Unis après avoir constaté que des maladies graves chez quelques volontaires ne semblaient pas être liées aux vaccins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici